démystifier la médiumnité

par | Mai 3, 2015 | causettes au coin du feu

 La mort n’est rien 

Je suis simplement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi. Tu es toi.
Ce que nous étions l’un pour l’autre, nous le sommes toujours.

Donne-moi le nom que tu m’a toujours donné.
Parle-moi comme tu l’as toujours fait.
N’emploie pas de ton différent.

Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait vivre ensemble.
Prie. Souris. Pense à moi. Prie pour moi.
Que mon nom soit toujours prononcé à la maison comme
il l’a toujours été.
Sans emphase d’aucune sorte et sans trace d’ombre.

La vie signifie ce qu’elle a toujours signifié.
Elle reste ce qu’elle a toujours été. Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée,
Simplement parce que je suis hors de ta vue ?
Je t’attends. Je ne suis pas loin.
Juste de l’autre côté du chemin.
Tu vois, tout est bien            Charles Péguy d’après une prière de Saint Augustin

Hier je reçois une publicité d’une collègue médium proposant des formations pour développer cette faculté et cela m’a rappelé un article que j’avais écrit en 2009 pour le magazine suisse Recto-Verseau, visant à démystifier la médiumnité.

Je me disais « chouette, je vais faire un lien vers mon article sur cette page »… euh oui, sauf que 2009 c’est déjà trèèèèèèès vieux et que pour retrouver une quelconque trace sur internet c’est plutôt long; en plus j’ai changé d’ordinateur depuis et je réalise que mes archives sont sur un disque dur externe.

Bon, c’est dommage et je vous le posterais peut-être un jour, cependant je voudrais mettre l’accent aujourd’hui sur mon positionnement quant à cette faculté de communiquer avec le monde des défunts.

En tant qu’êtres multidimensionnels, nous avons accès à toutes sortes de réalités et cette possibilité est loin d’être réservée à certains élus ou autres voyantes qui se disent posséder un don. Tout comme l’être humain sain a la capacité d’écrire, encore lui faut-il apprendre à utiliser cette faculté avant de savoir écrire un texte cohérent; il suffit de voir combien d’entre nous faisons des fautes de grammaire ou d’orthographe pour comprendre combien c’est laborieux. De plus, sur le nombre de gens qui savent plus ou moins écrire, quelques uns seulement sortent du lot; en communication avec les êtres chers décédés, c’est pareil.

Pour ma part ce domaine m’a interpelé depuis mon plus jeune âge tout simplement parce que j’avais des visites régulièrement surtout la nuit. Autant dire que j’étais plutôt terrifiée et dès que j’ai été en âge de faire des recherches dans ce domaine, j’ai lu tout ce que je pouvais trouver sur le sujet.

Cela m’a demandé énormément d’efforts dans une époque où le web était inexistant et confortée dans une foi immense dans les synchronicités de l’existence; oui j’avais ces « choses » qui venaient à moi, cependant celles-ci m’envoyaient aussi des signes en réponse à mes demandes désespérées. Petit à petit j’ai compris par l’expérience comment demander pour être entendue et combien il était finalement plus facile d’écouter mes prémonitions et petites voix au lieu d’y résister. J’ai appris à suivre le courant de événements sans chercher… c’était plutôt une manière de trouver, tout simplement (enfin euuuuh pas si simple que ça je vous l’accorde, mais disons que cela m’a orientée).

dans le texte ci-dessous, comme dans tout mon site d’ailleurs, tu vois des mots en bleu qui sont des liens vers des pistes qui m’ont aidées; en cliquant dessus tu arrives sur des informations qui me semblent intéressantes à partager avec toi.

C’est ainsi par exemple qu’à l’âge de 17 ans je me suis retrouvée à gagner le livre « la source noire » de Patrice van Eersel, lors d’une kermesse. Une année plus tard, j’ai béni ce cadeau lorsqu’à 18 ans je me suis trouvée confrontée à une surcharge de deuils de toutes sortes et que tout s’est accéléré pour moi au niveau de ce que j’appelle mes initiations.

Quelques livres, rencontres et années plus tard je me rends à une conférence de Rosette Poletti dans une petite chapelle de la côte lémanique. Nous étions une trentaine d’endeuillés à venir écouter cette femme nous parler du deuil et de toutes les étapes que nécessitent l’acceptation de nos transitions de vie. Je me souviens combien je m’étais sentie moins seule au contact des autres qui partageaient leurs histoires et combien mme Poletti mettait des mots sur mes maux. Des années plus tard j’ai eu l’occasion de la revoir à l’occasion de conférences qui aujourd’hui accueillent des centaines d’intéressés.

Après deux années de services bénévoles dans un groupe de médiums spirites à Genève 2 fois par semaine, une nouvelle voie s’est ouverte à moi au travers de rencontres importantes au Brésil et en Inde, puis encore plus tard à l’Arthur Findlay College en Angleterre.

Parmis les tournants décisifs de mon éducation médiumnique, il y en a quelques-unes que j’affectionne particulièrement et dont je parlerais certainement dans d’autres articles dans « le temps de l’âme »; et si juste pour un moment tu prenais le temps de passer à revue ta manière de « gérer » le deuil et comment tu vis les transitions de vie?

cordialement,

Annette

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mastercoach de vie certifiée, je t'invite à trouver ta muse intérieure. Assise près de ta source d'inspirations, elle est la gardienne de ton feu sacré. Mon approche holistique de l'être humain, se retrouve dans toutes les dimensions de ma vie. En cela, je désire t'inspirer.
Les réseaux sociaux & moi

Les réseaux sociaux & moi

Bonjour chère lectrice et bon weekend à toi, Je viens de voir passer un souvenir sur mon profil Fesse de Bouc. Malgré ma relation...