Bon comme un juron

par | Août 10, 2015 | causettes au coin du feu

Saperllèlèpipède : Juron proféré par un mathématicien n’arrivant pas à résoudre un problème de géométrie particulièrement ardu.
M. Escayrol

ça y est, aujourd’hui est un grand jour… ceci étant mon premier article de curation fait dans les règles de l’art; euh enfin disons avec les moyens du bord et les connaissances actuelles que j’en ai… bon, je commence « facile » avec une seule source, que tu trouveras en bas d’article.

Voilà des années que je lis tout ce que je trouve de passionnant dans mon domaine, que je me décarcasse à trier le « bon grain de l’ivraie », que je bosse chaque jour pour fournir les meilleurs infos, les trucs actuels et souvent même des idées complètement en avance sur mon temps.

Le nombre de fois où j’ai été confrontée au fait de trouver un truc super à partager;le temps que je fasse des recherches, que je peaufine l’article et hop… quelqu’un d’autre se vautrait dans l’espace emportant avec lui mon enthousiasme. Du coup, je me croyais obligée d’écrire mes trucs, inspirés d’autres trucs glanés par ci par là. J’ai donc « bossé sur ce frein », sur mon perfectionnisme, sur mon côté « control freak » et suivi ce que j’aime faire depuis toujours : trouver les dernières nouvelles dans les domaines si variés qui me passionnent et que j’aime partager autour de moi…

C’est donc avec fierté que je me lance dans ce nouveau défi de curation de contenu… soigner l’information de la toile, permettre à mes lectrices de trouver des informations utiles ailleurs que sur les réseaux sociaux et stimuler l’auto-opinion de chacune; voilà un programme qui me séduit.

Sur le chemin de la création de ce site (après avoir délégué trois fois sans succès) et du partage de son contenu, qu’est ce qu’il y en a eu des jurons, des démons à reconnaitre (je suis issue de parents informaticiens), des obstacles à surmonter (on nait entrepreneuse dans une famille d’entrepreneurs… cela ne veut pas pour autant dire qu’on fonctionne correctement)… oui moi la fille bien comme il faut, il m’arrive aussi de jurer; mais pourquoi  est ce que cela fait tant de bien par moments?

Nés avec les langues, les jurons n’ont pas grand-chose à voir avec les insultes que nous balançons à la tête d’autrui; les « putain » et « con » fusaient dans la famille niçoise du père de mes enfants, là où les « nom de dieu »glissaient avec délectation de la bouche des hollandais (au grand dam de certains branchages bigots). Ils ne s’adressent à personne d’autre qu’à nous-mêmes et présentent la particularité de constituer étymologiquement une « atteinte au droit », ainsi que les définit l’éditeur et essayiste Jean-Loup Chiflet (C’est l’histoire d’un mot…Chiflet et Cie, 2013).

Enfants on nous aurait volontiers lavé la bouche au savon, lorsque nous tentions d’affirmer notre toute puissance en lançant des « gros mots » à tout-va.

Que se passe-t-il ensuite à l’âge adulte ? Même s’ils se sophistiquent, le vocabulaire et la fonction des jurons jouent toujours sur le même registre et se transforment en formules magiques que nous invoquons dans l’espoir de surmonter des obstacles, des frustrations, des événements difficiles ou exceptionnels que nous subissons. Selon Évelyne Larguèche, « nous nous raccrochons aux mots comme à une bouée de sauvetage. Ce n’est pas leur contenu qui compte, c’est le fait de se mesurer à quelqu’un de plus fort que soi». Quelqu’un d’absent physiquement mais de bien présent intérieurement : Dieu, une figure paternelle, maternelle, ou bien des tabous qui nous surplombent – sexe, excréments… – et que nous défions verbalement en jurant (« nom de Dieu », « putain », « merde »…).

Bref, même si nous essayons de bâtir un monde meilleur, de vivre en paix, de manière sereine, compatissantes, rayonnantes et pleines de douceur au féminin… jurer a parfois un côté salvateur; l’accepter c’est déjà Etre Multidimensionnelle non?

Et toi, quel est ton favori ? « merde « , « bordel « , « chiotte « (ça c’est assez moi) ? « palsambleu » ? « diantre » (une pensée pour toi Virginie) ? ou « saperlipopette » comme Hugh Grant dans Notting Hill?

 


clique ici pour lire l’article original de www.psychologies.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mastercoach de vie certifiée, je t'invite à trouver ta muse intérieure. Assise près de ta source d'inspirations, elle est la gardienne de ton feu sacré. Mon approche holistique de l'être humain, se retrouve dans toutes les dimensions de ma vie. En cela, je désire t'inspirer.
Les réseaux sociaux & moi

Les réseaux sociaux & moi

Bonjour chère lectrice et bon weekend à toi, Je viens de voir passer un souvenir sur mon profil Fesse de Bouc. Malgré ma relation...